Gîte d ’étape



« …c ’est l ’hébergement idéal du randonneur.

Gîte d ’étape
Bon marché (moyenne de 8 euros par nuitée), il comporte tout ce dont le voyageur a besoin après une journée de marche ou de pédalage : douche, lit, coin-cuisine.

La plupart des gîtes fournissant des couvertures, un sac à viande suffira dans vos bagages pour dormir au propre si vous choisissez ce type d 'hébergement. Mais vous risquez alors de grelotter toute la nuit si vous vous retrouvez un soir sans toit et sans sac de couchage.

Ces gîtes sont des équipements collectifs, construits, entretenus par des personnes privées, des municipalités ou associations, et mis à la disposition des randonneurs.

C 'est-à dire que vous les trouverez dans l 'état où vos prédécesseurs les ont laissés, et ceux qui vous suivront les trouveront dans l 'état où VOUS les avez laissés. Veillez donc à effectuer lors de votre départ un minimum de corvées de propreté.

Revers de la médaille :

la plupart du temps, les lits sont groupés en dortoirs, et vous n 'y aurez pas, surtout pendant les mois d 'été, la tranquillité et l 'intimité que vous souhaitez peut-être. Certains gîtes possèdent des chambres individuelles pour jeunes mariés, mais cet état de fait constitue l 'exception.

Attention :

 il n 'y a pas toujours un gardien à demeure dans le gîte. Dans ce cas, il est impératif d'avoir prévenu de son arrivée, afin d 'être certain d 'avoir une place, et pour savoir où aller chercher la clé et régler sa nuitée.

La grande majorité des gîtes d 'étape disposent d 'une cuisine où le randonneur peut préparer son repas, mais ce n 'est toujours pas le cas.

Certains gîtes privés proposant le repas n 'offrent pas la cuisine à disposition. Ne restent plus alors que deux solutions : accepter le repas de la maison et en payer le prix, ou bien grignoter des épluchures froides sur la pelouse… »

« Miam-Miam-Dodo »

Pierre Gauer
Lu 8589 fois