A la rencontre de saint Pierre

Père Pierre Sirgant L’eglise fête le 29 juin, les fêtes de Saint Pierre et Paul. Pierre, le premier des Apôtres, premier évêque de Rome, premier pape est particulièrement honoré et représenté dans le cloitre de Moissac.

Le Père Pierre Sirgant, en a publié un livre, fruit de sa prière et de son admiration pour le cloître.

Alors que de nombreux pèlerins sont sur les routes, vous trouverez son commentaire du lavement des pieds.

Jésus lave les pieds de Pierre.

Avec le chapiteau du lavement des pieds nous abordons les derniers jours de la vie du Christ. Saint Jean ne rapporte pas l’institution de l’Eucharistie du Jeudi Saint, mais il met en grand relief cet autre geste tellement symbolique, accompli ce même jour par le Seigneur. Nous y retrouvons Pierre toujours présent aux grands moments.

Avant la Pâque, Jésus sachant que son Heure était venue de passer de ce monde à son Père, lui qui avait aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu’à l’extrême. Au cours d’un repas, alors que déjà le diable avait mis au cceur de Judas le dessein de le livrer, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il retourne à Dieu, Jésus se lève de table, quitte son vêtement et prend un linge qu’il noue à sa ceinture. II verse de l’eau dans un bassin et commence à laver les pieds de ses disciples et à les essuyer. II arrive ainsi devant Pierre qui lui dit: “Toi, Seigneur, tu veux me laver les pieds !” Jésus lui déclare: “Tu comprendras plus tard ce que je fais.” Pierre lui dit: “Me laver les pieds à moi ! Jamais !” Jésus lui dit: “Si je ne te lave pas les pieds, tu ne peux pas avoir part avec moi.” Pierre lui dit: “Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête !”… Lorsqu’il eut fini de leur laver les pieds, Jésus reprit son vêtement, se remit à table et leur demanda: “Comprenez-vous ce que je viens d’accomplir pour vous ? Vous m’appelez Maître et Seigneur et vous avez raison car je le suis. Dés lors, si je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez vous aussi, vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné: ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi pour les autres. En vérité, en vérité, je vous le dis: un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie. Sachant cela, heureux serez-vous si vous le mettez en pratique… Je vous le dis à présent, avant que l’événement ne se produise afin que, lorsqu’il arrivera, vous croyiez que Je Suis.” (Jn 13/1-19)

Le chapiteau qui rapporte cet événement est l’un des plus habités puisqu’il rassemble treize personnages, Jésus et les douze apôtres. Ceux-ci, tout autour de la corbeille, sont engoncés dans de lourds vêtements. On arrive, bien que difficilement, à retrouver les lettres de leurs noms gravées en désordre bien loin des belles calligraphies rencontrées sur d’autres chapiteaux.

On sait que Judas a quitté la salle du repas pascal mais on a du mal à penser qu’il était présent au moment de la “première messe” et qu’il aurait fait sa “première communion”… Le sculpteur de Moissac a tranché: il a chassé Judas et il l’a remplacé par Paul dont le nom est gravé sur son auréole; or nous savons qu’il ne pouvait pas être là puisqu’il s’est converti bien plus tard.

Tout autour de la corbeille, en arrière-plan, se trouve suggérée la Salle Haute où Jésus a célébré la Pâque, la pièce du haut, vaste, garnie de ses tapis, tout prête, dont parle saint Marc (14/15).

Les apôtres ont les pieds sagement alignés sur le bourrelet de l’astragale, attendant leur tour. Isaïe avait dit: “Comme ils sont beaux, les pieds des messagers qui apportent la paix, qui proclament la miséricorde ! (ls 52/7) Belle démarche en effet, que celle des apôtres du Seigneur!

Sur la face sud, nous voyons Jésus à genoux devant Pierre. La sculpture est abîmée et seules des traces d’arrachement suggèrent la bassine d’eau sur laquelle Pierre a du poser le pied.

Père Pierre SirgantCe chapitre 13 de saint Jean commence de façon très solennelle et se poursuit avec des mots simples, quotidiens, nous parlant de bassine, de torchon, pour décrire cette ablution réservée d’habitude aux plus humbles serviteurs.
Nous comprenons la réaction de Pierre quand il s’insurge en voyant Jésus accomplir un tel geste. Dieu faisant un travail d’esclave, c’est vraiment le monde à l’envers !: Dieu à genoux devant un homme, c’est la religion à l’envers !
Pierre se récrie, lui qui prend si facilement la parole: “Toi, me laver les pieds, à moi ! Jamais !” Et puis, devant l’insistance de Jésus, par affection pour son Seigneur, parce qu’il veut suivre et “avoir part”, même s’il ne comprend pas, il se reprend et abonde en sens inverse, prêt à tendre ses mains et à présenter sa tête.
Pierre s’était insurgé aussi, nous l’avons vu, quand Jésus avait annoncé qu’il devait souffrir et mourir, car il se faisait une autre idée du Messie. Certains pensent que c’est pour une semblable déception que Judas aurait trahi.

Père Pierre Sirgant

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Lire aussi

  • Ceci est le journal de mon premier pèlerinage le Puy / cap Finisterre. Le texte a été écrit au jour le jour durant la marche. Je reconnais manquer parfois de miséricorde envers les pèlerins à la semaine et j'en demande pardon à ceux qui en seraient offusqués. J'ai avalé l'Espagne en 15 jours, avec des…
  • ... Au coeur de la veillée pascale, après avoir célébré le feu, proclamé la Résurrection, écouté des, récits de l'Histoire du Salut de l'Humanité, et célébré l'eau qui régénère, l'Église a l'audace de chanter « Cette nuit très sainte où le Christ notre Pâque a été immolé. » La Pâque immolée le jour de la…
  • Ils sont une dizaine. Les hommes le béret ou la casquette à la main, les femmes, la tête couverte d'un foulard ou d'un chapeau, qui demandent cette bénédiction dans la sacristie de l'église d'Estaing en ce premier dimanche de juillet de l'an ..., il y a quelques temps déjà, et encore maintenant. Ils sont venus…
  • L'Association Rhône-Alpes des Amis de Saint Jacques rend hommage à Louis Janin qui a terminé son pèlerinage terrestre le 10 janvier 2016. « Viens, entre, je t’attendais. Assois-toi, je vais te servir à manger » Tels étaient les premiers mots d’accueil de Louis JANIN dans tous les gîtes qu’il a tenus comme hospitalier sur les Chemins de…
Publié dans Art sacré, Ressources, Saints de la route