Femmes du chemin

Texte de Sébastien IHIDOY, ancien curé de Navarenx, un des premiers prêtres à ouvrir son presbytère aux pèlerins.

Les femmes sur le chemin m’on étonné, d’abord, par leur endurance. Nous, les hommes, qui nous coryons forts, nous nous trompons sur leur prétendue faiblesse. Elles peuvent marcher avec un sac relativement lourd, parcourir jour après jour une trentaine de kilomètres, et arriver au gîte, sourire aux lèvres, l’esprit ouvert et le coeur confiant.

Il y a aussi leur sensibilité particulière par rapport à tout ce qui se vit sur le chemin. La vie, souvent ne les a pas épargnées. Mais elles ont une grande capacité à rebondir.

Elles sont sensibles à toutes les couleurs de la nature, comme à toutes les confidences reçues au hasard des rencontres, et réagissent toujours avec la note de la vie et la musique de l’amour. Elles n’ent ont pas le monopole, mais elles en ont le charisme.

Le chemin de Compostelle est l’image du chemin de notre vie. Il y a des étapes difficiles. Il y a une part d’inconnu. Il y a des panoramas splendides, des rencontres merveilleuses. Il y a une Providence que l’on expérimente comme nulle part ailleurs. Il y a une Présence qui nous fait dire : ” Notre coeur n’était-il pas tout brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route ?”

L’auteur de ce compte rendu parle quelque part, comme l’Evangile, d’un “royaume tout proche qu’on ne savait pas aussi proche”.On pressent ici ce royaume d’humanité, d’Amour et de Paix que Dieu, en Jésus son Fils, est venu inaugurer un certain Noël.

Les lecteurs apprécieront tout au long de ces pages ce souffle d’humanité qui est notre véritable identité et cette race d’amour qui est notre destinée commune.

Quant aux pèlerins, ils seront les premiers à s’y reconnaitre, et discerneront peut être mieux la vois incomprénesible qui les a lancés dans l’aventure de la route à la recherche d’eux-mêmes et de leur vérité profonde. Car, crées à l’image de Dieu qui est Amour, nous sommes, tous, consciemment ou inconsciemment attirés par cette Etoile de l’amour de Dieu. Et le couchant vers lequel nous allons se révèle comme le levant d’une Lumière inattendue et l’aube d’une Espérance nouvelle.

Femmes sur le chemin, ce n’est pas pour rien que vous êtes donneuses de vie. Merci de nous apporter votre note d’amour. Merci d’embellir nos routes humaines.


femme 2

Préface de
“Etre femme sur le Chemin de Compostelle”
auteur Guy DUTEY
Etre femme sur le chemin

Lire aussi

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Eclairages spirituels, Vie sur le chemin, Voir et lire