La Vierge de Rocamadour

Notre Dame de RocamadourDe nombreux pèlerins venant du Puy prenaient de Figeac la variante de rocamadour. Le livre des miracles de Rocamadour écrit en 1172 révèle déjà cette dévotion sur le chemin de Compostelle.

Roc Amadour est accroché à une falaise: la « Roche Majeure ». Le sanctuaire de Notre-Dame et la ville s’étendent tout le long de la roche.

Ici à la fin du Xè siècle, se trouvait sous la roche, un humble et petit oratoire en l’honneur de la Vierge Marie. Le rocher en cet endroit a été fermé, ce qui forme une chapelle en partie abritée par le roc.

Des légendes racontent que Zachée, dont parle l’Evangile, et Ste Véronique, auraient traversés la Méditerranée et arrivant en ce lieu sauvage se seraient retirés dans une grotte. Certains disent que Zachée serait Amadour lui même.Une autre légende raconte que saint Luc aurait fabriqué l’image de Marie telle qu’il l’avait connue en Palestine.

Marie-Thérèse

Cette « Roche Majeure » était appelée le Roc d’Amadour, le Rocher de l’amoureux ou l’amoureux du Rocher.

L’image de la Vierge de Rocamadour, patronne despèlerins, est vénérée depuis le XIIè siècle et ros des guerres entre la Navarre et l’Aragon. Sangüesa n’est pas situé sur l’actuel chemin du Puy mais sur lapartie aragonaisz du chemin d’Arles. Ce fut une importante étape de pèlerinage avec son église Santa Maria la Réal commencée en 1131, sous Alphonse 1er le Batailleur. Au linteau, les apôtres escortent la Vierge Marie sous le jugement dernier. A l’intérieur, au retable majeur, trône la statue plaquée d’argent de la Vierge Noire de Rocamadour.

A Estella le culte de N.D de Rocamadour a été introduit par les pèlerins venant de France. Le roi de Navarre Sanche le Fort en 1212 montre une grande dévotion à la vierge de Rocamadour. Au XIIIè siècle, il existait une confrérie de Rocamadour avec un sanctuaire et un hôpital pour pèlerins.

A Burgos, dans la paroisse de Saint Pierre et Saint felix, une statue du XVIè siècle de la Vierge de Rocamadour est vénérée.

A Hornillos del Camino les pèlerins sont protégés par N.D de Rocamadour et rafraichis par les eaux de l’Hornaza. Au XIIè siècle des bénédictins, venus de France, s’instalèrent et créèrent un hôpital et un refuge pour pèlerins, ils les consacrèrent à N.D de Rocamadour. Au Xvè siècle les bénédictins sont remplacés par des moines blancs de San Pedro de Gardena. On retrouve dans l’église sous la nef une sculpture de la vierge.

Astorga, est la ville de l’hospitalité jacquaire avec 22 refuges dont celle de N.D. De Rocamadour et un hôpital. La cathédrale Santa Maria, recèle une Vierge en majesté, sculpture romane en bois plaquée d’argent.

On retrouve N.D de Rocamadour en Galice à Peroxa (Vitiriz) près de Melide, un peu en dehors du chemin. C’est le dernier lieu où la Vierge est vénérée avant d’arriver à Saint Jacques.

Notre Dame de Rocamadour

Lire aussi

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Saints de la route Tagués avec :