Camino Frances

Depuis Saint-Jean-Pied-de-Port dans le Pays basque français, le camino francés vous mènera de l’autre côté des Pyrénées, jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le Camino francés (le Chemin français) est  parcouru par des pèlerins venant d’’outre-Pyrénées.

Au début du xiie siècle, l’infrastructure du Camino Francés était créée. Au fil des événements et du temps, certains voyageurs, après l’intégration au xiiie siècle de l’Alava et du Guipuscoa au royaume de Castille, franchissaient la Bidassoa à Irun et rejoignaient Burgos par Tolosa, San Adrián et Vitoria-Gasteiz ; d’autres suivaient la route côtière, coupée d’obstacles naturels et mal équipée. Mais toujours, le Camino francés resta cette grande voie de communication du nord de l’Espagne. (source Wikipédia)

– En Espagne, le chemin est balisé de jaune mais aussi avec le logo de l’’Itinéraire Culturel du Conseil de l’’Europe, (coquille stylisée de couleur jaune sur fond bleu). Le balisage du GR 65 (en rouge et blanc) se prolonge uniquement jusqu’’à Logroño.

 

Lire aussi

  • ... Au coeur de la veillée pascale, après avoir célébré le feu, proclamé la Résurrection, écouté des, récits de l'Histoire du Salut de l'Humanité, et célébré l'eau qui régénère, l'Église a l'audace de chanter « Cette nuit très sainte où le Christ notre Pâque a été immolé. » La Pâque immolée le jour de la…
  • A l’école du Christ, sur le Chemin de Saint-Jacques, le pèlerin est appelé à vivre de la Vie même de Dieu. Au travers de dépouillements de toutes sortes, c’est un itinéraire de discernement de vocation qui se dessine. Nouvel évêque de Bayonne et ancien pèlerin, monseigneur Marc Aillet va insérer le Pèlerinage dans le cadre…
  •   Bruno GENET, aumônier du centre pénitentiaire de Vivonne, raconte son expérience des chemins de St Jacques qui a commencé avec  des jeunes de l’institut de Guron, leurs éducateurs et institutrice,  avec leurs poneys et leur âne. Tout a commencé en juin 2001 lorsqu’un groupe de 12 jeunes accompagnés par leurs éducateurs emprunte les chemins de…
  • Ils sont une dizaine. Les hommes le béret ou la casquette à la main, les femmes, la tête couverte d'un foulard ou d'un chapeau, qui demandent cette bénédiction dans la sacristie de l'église d'Estaing en ce premier dimanche de juillet de l'an ..., il y a quelques temps déjà, et encore maintenant. Ils sont venus…