Un précurseur du Chemin nous a quitté

Le père Bernes est décédé le 26 septembre dernier, quelques jours avant la représentation de son 9ème oratorio : « le mystère de saint Jacques ».

Né à Montesquiou (Gers) en 1921, George Bernès est ordonné le 3 juin 1944. Professeur de français à Valladolid de 1959 à 1970, il se passionne pour l’histoire de Saint-Jacques-de-Compostelle et de ses pèlerins. En 1961, à 40 ans,
il part de chez lui en soutane avec un de ses élèves, sur le chemin de saint Jacques de Compostelle, jusqu’au tombeau de l’apôtre. Il sera le rédacteur du premier guide pratique du pèlerin en Espagne en 1973.

Ecrivain, grand amateur de musique, musicien, compositeur, l’abbé a écrit diverses œuvres durant sa vie, dont un requiem et plusieurs oratorios. En 2010, un accident vasculaire cérébral le prive de l’usage de ses mains. Il achète un ordinateur pour continuer à écrire avec un doigt. Son évêque l’incite à continuer son travail de composition. C’est alors qu’un ami lui offre un logiciel de musique. Travailleur acharné, à 94 ans, il apprivoise le logiciel et compose avec un doigt et sa souris un 9ème oratorio : « Le mystère de saint Jacques ».

Celui-ci a été interprété ce 30 septembre dans la petite église de Montesquiou devant un public nombreux. Un hommage à l’abbé d’une grande émotion, le lendemain de ses obsèques où, selon sa volonté, il avait été enterré avec ses attributs de pèlerin.
Avant de rejoindre le Père, il a eu la joie d’entendre une répétition de son œuvre.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Lire aussi

  •   Monsieur l’Abbé Georges  BERNES  est prêtre avant tout,  et sa vie  est un faisceau de passions variées, qu’il sait mettre à la disposition de tous, pour éduquer et enrichir les âmes. Né le 4 Juin 1921 à MONTESQUIOU,  (étape Gersoise sur le Chemin d’Arles),  Georges Bernès  est ordonné prêtre le 3 Juin 1944, dans…
  • ... Au coeur de la veillée pascale, après avoir célébré le feu, proclamé la Résurrection, écouté des, récits de l'Histoire du Salut de l'Humanité, et célébré l'eau qui régénère, l'Église a l'audace de chanter « Cette nuit très sainte où le Christ notre Pâque a été immolé. » La Pâque immolée le jour de la…
  • Rentrer chez soi… Après une aventure si extraordinaire, comment retourner dans l’ordinaire de notre vie ? Tout cet or que j’ai reçu sur le chemin, comment le faufiler dans le tissus serré du quotidien ? Certains, ne se croyant pas encore arrivés, voudront continuer jusqu’à l’océan. Mais ceux-là aussi, à un moment, devront rentrer. Alors…
  • Ils sont une dizaine. Les hommes le béret ou la casquette à la main, les femmes, la tête couverte d'un foulard ou d'un chapeau, qui demandent cette bénédiction dans la sacristie de l'église d'Estaing en ce premier dimanche de juillet de l'an ..., il y a quelques temps déjà, et encore maintenant. Ils sont venus…
Publié dans Vie sur le chemin