Que va faire un pasteur protestant accueillant à Santiago ?

Une fois de plus, je dois cette initiative d’un ami estimé, le même, qui, quelques années avant, nous avait demandé de recevoir au Mas d’Azil, dans la paroisse protestante, les pèlerins sur la voie du Piémont pyrénéen. Accueil qui, aujourd’hui, est organisé et fonctionne de manière cun pasteur à Santiagoroissante, en lien et en harmonie avec la paroisse catholique et le réseau Webcompostella.

Avec une équipe « mixte » : un prêtre et deux laïques, nous avons inauguré le nouvel accueil pastoral des pèlerins francophones à Saint Jacques de Compostelle, lors de la première quinzaine de juillet 2015.

Expérience originale mais bien reçue sur place, notamment par le recteur de la cathédrale le « Dean ». Il m’a fait rencontrer un autre accueil de sensibilité protestante mais anglo-saxon, qui existe à Compostelle dans une rue proche du sanctuaire et qui s’appelle : Pilgrim house. C’est là que j’ai pu célébrer deux cultes, le samedi soir.

Nous nous sommes aperçu que les pèlerins protestants ne sont pas rares et sont probablement de plus en plus nombreux. Preuve que la démarche de pèlerinage correspond à un vrai besoin spirituel partagé par toutes les sensibilités chrétiennes et avec toutes sortes de motivations.

Les personnes que nous avons accueillies sur place, au seminario mayor ont été touchées par la dimension oecuménique de l’accueil francophone. Dimension qui semble normale, dans le contexte actuel et qui ouvre de nombreuses pistes de partage et d’évangélisation.

Notre équipe a très bien fonctionné et nous avons reçu beaucoup de témoignages de personnes heureuses de trouver un lieu d’écoute et de pouvoir partager leurs expériences et leurs émotions au terme d’une longue marche, faite de temps de solitude, de remises en question  et de rencontres, au long du chemin.

Je pense aussi que nous en avons aidé plusieurs à repartir à la maison avec plus de force.

Nul doute que cette expérience est à renouveler et qu’une présence inter-chrétienne apporte une richesse,  à mes yeux indispensable.

Merci au Seigneur et à nos responsables ecclésiastiques de nous avoir permis de vivre cette expérience fraternelle, pour le progrès de l’Evangile de Paix,  dans les cœurs et dans le monde.

Pasteur Bernard Bordes

Lire aussi

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Témoignages, Vie sur le chemin Tagués avec :