Saint Benoit-Joseph LABRE à Marçay en Vienne

Patron des pèlerins et des routards
Au sud de Poitiers, entre l’Abbaye de Ligugé (premier monastère d’Occident fondé par Martin de Tours) et Saint-Sauvant en Vienne, on peut aujourd’hui faire mémoire d’un patron des pèlerins devant les reliques de Saint Benoit-Joseph LABRE.  Des ossements du premier sanctifié au lendemain de la révolution française ont été déposés dans la petite église du village de Marçay.
A propos de la basilique en cours de rénovation :

 benoit-labre-2997386-4262449A partir de 1856, le curé de ce village rêve de faire de sa commune un haut-lieu de pèlerinage. En 1884, la construction de la basilique dédicacée à Benoît Joseph, commence. Les travaux s’arrêtent quinze ans plus tard avec la mort du curé François-Joseph Joanneau. Les reliques de Benoît-Joseph reposèrent à l’intérieur de la basilique, et feront l’objet d’un pèlerinage relativement important jusqu’en 1952. La basilique tomba doucement en ruines.Avec le XXIème siècle, d’heureuses initiatives privées font renaître la basilique.

Jean-Denis TOUZOT Le nouveau propriétaire prévoit la  création d’un musée dédié au livre (papier) avec vitrines d’exposition sur le gothique et le néogothique, quelques écrivains religieux comme Huysmans ou Claudel, espace d’exposition et de vente réservée aux éditeurs et auteurs de Poitou-Charentes, organisation régulière de concerts de musique, sacrée, médiévale ou contemporaine. A l’étude un rapprochement avec la fraternité labrienne ou l’évêché de Poitiers pour créer une cellule de réflexion et d’accueil des pèlerins d’aujourd’hui….
Patron des célibataires, des mendiants, des pèlerins et des itinérants, une partie des reliques de Benoit-Joseph Labre reposent aujourd’hui dans la petite église  de Marçay.
Ne en 1748, Benoit-Joseph tentera la prêtrise et la vie dans plusieurs monastère. Rejeté de toute part, il choisi une vie de mendiant et de pèlerin. Le produit de sa mendicité ira le plus souvent vers de plus pauvres. saint Benoît Labre, en plein ” siècle des Lumières” pauvre et détaché de tout et d’abord de lui-même, considéré comme un pèlerin, ou comme un mendiant pour d’autres, pouilleux, sale et couvert de vermine, est acclamé comme un saint lorsqu’il meurt dans les rues de Rome, à 35 ans.
Dans le Nord, à Amettes, où est né Benoît Labre, repose une autre partie des reliques. Amette est un départ possible vers le Grand Chemin de St Jacques : la Via Turonensis.

Saint Benoit LabreNé à Amettes près de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) en 1748 dans une famille nombreuse, il devint ermite pèlerin.

Après des essais de vie religieuse, il vécut dans la prière, la pauvreté et l’humilité.

Parcourant la France, l’Italie et l’Espagne; il alla même jusqu’en Pologne.
Il se fixa à Rome dans les ruines du Colisée.

Il mourut en 1783 à trente-cinq ans, le mercredi-saint 1783, dans l’arrière-boutique d’un boucher charitable qui l’avait recueilli.

On l’appelle le “Vagabond de Dieu”. Patron des inadaptés sociaux.

PoèmePrière

Don Quichotte de Dieu,
tu ne poursuis pas un rêve
et l’étoile que tu cherches,
tu la sais accessible,
mais par quel chemin ?

Tu traînes ta pauvreté, et tes poux
t’accompagnent partout,
ils sont tes anges,
tes compagnons d’âme donnée.

Infatigable routard de Lumière,

tu La cherches sur les routes

d’Assise à Coblence,
de Saint-Jacques à Paray
et Rome enfin où tu t’es arrêté
sous une arche du Palais des Martyrs.

Tu respires au Souffle du Seigneur
et tes yeux s’éteignent en Le regardant.

Précédé par tes anges,
Il t’accueille, pauvre délabré,
tu peux enfin te reposer.

St Benoît-Joseph LABRE,
toi qui as vécu pauvre et caché,
Apprends-nous l’humilité et la charité
Marchant en pèlerin de l’ombre
et de la croix.
Donne-nous de semer dans la joie l’amour à pleines mains.
Jésus hostie a enflammé ton cœur,
Donnes-nous l’ardeur
pour la Sainte Eucharistie.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Lire aussi

  • Basilique Saint Benoît-Joseph Labre, patron des célibataires, des mendiants, des pèlerins, des sans-abris et des itinérants. Ses reliques sont visibles dans l’église du village
  • La vie !   Venue d'une pluie d'étoiles, Plus fragile qu'un fin cristal, Soulevant le voile, Elle pointe son minois. Doucement, son souffle on perçoit. Soudain, elle nous ouvre les bras, Et nous inonde de mille éclats. Cette vie n'est-elle pas merveilleuse, délicate, étonnante, tumultueuse ? Malmenée par bien des tempêtes, Au pire des jours, elle…
  • « Via Turonensis » ou GR 655 - La Via Turonensis  part de PARIS (de la tour saint Jacques pour certains ; de Notre Dame de Paris pour d'autres) ou bien du tombeau de Martin à TOURS. - Autrefois, la plus fréquentée car les pèlerins d'Europe (britanniques, scandinaves, flamands,  picards, allemands, etc.) se rejoignaient devant les reliques…
  • O Sainte Foy, sois bénie d'être chez nous et d'accompagner notre pèlerinage de croyants sur notre belle terre du Rouergue. Toi la jeune et fragile adolescente, toute saisie par le Christ tu as eu le courage d'affronter le persécuteur et tu nous dis qu'il n'y a pas d'âge pour être témoin du Seigneur. Aide-nous à…
Publié dans Art sacré, Saints de la route -