Via Arverna, le chemin d’Auvergne

À partir d’un chevelu de chemins portant mémoire et traces des nombreux pèlerins partis vers Saint-Jacques-de-Compostelle à travers l’Auvergne et le Quercy pour confluer, à Cahors, avec le grand courant venant du Puy-en-Velay, Chamina, sous la houlette de deux jacquaires éminents, Humbert Jacomet et Christophe Odoult, recréa, il y a plus de 10 ans, ce chemin qu’ils nommèrent Via Arverna®.

Via Arverna, un itinéraire magnifique – certains se risquent à prétendre qu’il n’en est pas de plus beau en France – qui s’insinue à travers la « Basse-Auvergne » en majesté dans ses églises romanes et aux rives de l’ Allier son « fleuve » impétueux ; puis la « Haute Auvergne » majeure en ses sommets – le pèlerin doit franchir le volcan du Cantal à plus de 1 600 m – et enfin, touchant à la si humaine Dordogne fréquente le « beau Quercy », en allant à la rencontre de ses inoubliables villages .

Entre Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand et Notre-Dame de Rocamadour, ce chemin déploie un fil spirituel ininterrompu relayé par Saint-Julien de Brioude (une autre histoire de pèlerinage) et l’âme de l’imposante abbaye bénédictine Saint-Géraud d’Aurillac où fut « élevé » le pape de l’an mil.

Pour Bernard Quinsat à l’origine de l’ouverture de ce chemin “Ce chemin ne s’arrête pas à Cahors, il va à Compostelle ! Il tend vers cela, tout simplement. Comme le pèlerin tend vers ce but à atteindre. C’est un véritable chemin de pèlerinage, …”

Pour découvrir un peu plus la Via Arverna :

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Lire aussi

  • Sanctuaire - Messe dimanche 11 h - semaine 11h (17h en juillet et août) Offices du jour à la crypte Possibilité rencontre avec un prêtre et confession  05 65 14 10 59 Eglise de l’Hospitalet       messe samedi  20 h30
  • De nombreux pèlerins venant du Puy prenaient de Figeac la variante de rocamadour. Le livre des miracles de Rocamadour écrit en 1172 révèle déjà cette dévotion sur le chemin de Compostelle. Roc Amadour est accroché à une falaise: la « Roche Majeure ». Le sanctuaire de Notre-Dame et la ville s'étendent tout le long de…
  • « via Podiensis » - historiquement la plus ancienne : en 951, Godescalc, évêque du Puy partit pour Saint-Jacques-de-Compostelle, - hier et aujourd’hui la plus fréquentée, - pèlerins venant de Suisse, du Lyonnais, de Bresse et d ’Auvergne, - balisage très complet réalisé, hébergement très dense, - régions traversées très peu urbanisées, - sanctuaires prestigieux…
  • Rentrer chez soi… Après une aventure si extraordinaire, comment retourner dans l’ordinaire de notre vie ? Tout cet or que j’ai reçu sur le chemin, comment le faufiler dans le tissus serré du quotidien ? Certains, ne se croyant pas encore arrivés, voudront continuer jusqu’à l’océan. Mais ceux-là aussi, à un moment, devront rentrer. Alors…
Publié dans Vie sur le chemin Tagués avec :