Visiter les prisonniers

Quelle magnifique occasion m’est donnée pour rendre grâce au Seigneur pour ses merveilles, merveille d’avoir proposé à l’homme qui est dans l’ombre, d’aller vers la lumière.
C’est ce qui s’est passé un jour pour moi sur le chemin de St. Jacques, ou plutôt au cours de mes trois chemins …

  • En 2000 , ce fut un chemin de fuite , où Jésus m’a rattrapé .
  • En 2001 , ce fut un chemin de révolte où Jésus m’a consolé
  • En 2002, ce fut un chemin de conversion; où Jésus m’a bouleversé.

Oui, peut-être fallait-il ces quelques 5000 km avant ce retournement ?

C’est le vendredi Saint 2002, à l’hospitalité St. Jacques d’Estaing où je venais me réfugier, que ma vie a changé brutalement. Je fus comblé par la MISERICORDE de Dieu, mais aussi par celle de l’hospitalité, d’Elisabeth et de Leonard, qui ont su entendre ma souffrance, me conseiller, prier pour moi.

refaire le chemin pour les prisonniers, toi qui est sorti de ta prison
Ce fut alors un chemin de paix, un chemin joyeux, le “ lâcher-prise “, l’abandon à la volonté de Dieu. Spirituellement et physiquement, je redevenais un autre homme.
Et maintenant , quelle suite!, comment continuer le chemin, comment?

L’ESPRIT a soufflé… refaire le chemin pour les prisonniers, toi qui est sorti de ta prison.
OUI, je dois le faire.
C’est le mercredi des Cendres 2004 que cette belle aventure a commencé :

MARCHER pour les PERSONNES PRIVEES DE LIBERTE .

Le projet dévoilé, plus de cent personnes m’accompagnent le premier jour pour rejoindre Notre-Dame du Schauenberg, ma première étape. Par quel miracle!

Je crois que quelques uns marchaient avec moi, dans leur cellule!
J’avais dans mon sac des dizaines de messages de détenus, que l’aumônerie des prisons d’Alsace m’avait confié ! Il fallait les emporter à Compostelle…
Quel bonheur, une telle mission; trois mois, plus de 2400 km ’étaient offerts.
Mes journées n’étaient pas assez longues pour prier, penser, méditer, écrire aux détenus régulièrement par le biais des aumôneries. Je crois que quelques uns marchaient avec moi, dans leur cellule! Trois semaines avant l’arrivée à Compostelle, mon épouse, une amie avec son fils handicapé , m’ont rejoint à Léon pour terminer le chemin.
Arrivé à St Jacques, que d’émotions, de larmes, de bonheur.
Ouvrir les messages, des prières mais aussi des cris, les lires et les offrir au Père, par l’intermédiaire de St. Jacques, et de Ste.Foy , rencontrée à Conques!

arrivée à santiago

Et maintenant, mission accomplie ? Pas tout à fait. Loin de là.

Peu de temps après, je reçois un coup de fil de Jean-Marc, aumônier à la Maison d’arrêt de Mulhouse, pour me dire que certains détenus venant à l’aumônerie souhaitent me rencontrer et me questionner sur les raisons de ma démarche.
L’entrée en prison, prison matérielle que je ne connaissais pas, m’a glacé. C’est TERRIBLE , une prison!
Quelques cinquante détenus m’attentent et écoutent mon témoignage. Parmi eux , j’ai reconnu deux hommes que je fréquentais quand j’étais dans “ l’ombre “ Eux aussi m’ont reconnu … Que de questions ! j’ai aussi compris que certains m’avaient vraiment accompagné , de leur manière.
OUI, c’est tous mes frères, enfants du même Père.
Puis la même rencontre se fit à la Maison d’arrêt de Colmar, avec l’invitation de partager la célébration hebdomadaire avec eux.
Peu à peu , une grande fraternité nait en moi , envers ces hommes, ces femmes, ces mineurs incarcérés. Je crois aussi que c’est en prison, lors des célébrations que je commence vraiment à comprendre l’Evangile, les messages de Jésus.
Une messe ou culte en prison, n’est vraiment pas comme dehors …

Puis à l’occasion d’un pèlerinage à Taizé , avec quelques détenus, qu’un autre appel se fit. Raymond , diacre très engagé et responsable de l’aumônerie de la Centrale d’Ensisheim me demande : VEUS TU M’AIDER !!!

VAS VISITER LES PRISONNIERS ET CONTINUE DE TISSER DES LIENS AVEC CEUX DU DEDANS ET CEUX DU DEHORS
Moi qui n’ait aucune connaissance théologique, et suis encore dans la foi du charbonnier!
Mais Jésus a VRAIMENT besoin de moi, et après discernement, je dis OUI.
C’est début 2005 que je reçois la lettre de mission de Mg. Grallet:
VAS VISITER LES PRISONNIERS ET CONTINUE DE TISSER DES LIENS AVEC CEUX DU DEDANS ET CEUX DU DEHORS
Depuis c’est du bonheur, cette rencontre de MISERICORDE avec le monde carcéral.
Que de richesses reçues, que de partages, mais aussi des souffrances…

Ma mission se passe à la Centrale d’Ensisheim qui compte 200 détenus . Plus d’une cinquantaine est condamné à perpétuité , ceux que l’on appelle les “ monstres “ et qui font la” une “des médias.
Croyez moi, je rencontre des hommes, certes qui ont tué, violé , torturé, mais ils restent toujours des HOMMES . Souvent eux aussi ont été blessé , violé, torturé, Parfois ils ont besoin de parler de leur passé … et je me demande comment ils ont fait pour continuer à vivre.

“ Aujourd’hui même, tu seras avec moi au paradis “
Certains restent dans le déni, leur faute étant trop grande à porter,
D’autres acceptent leur peine, se reconstruisent , même si cela peux durer plus de 20 ans . Il y en a qui redeviennent humains, se remettent debout.
Il y en a qui ne sont plus en prison…
Je crois aussi , qu’en prison ont peux rencontrer des vrais disciples du Christ.
Comme le disait Jean-Paul II
TOUT HOMME ET TOUTE FEMME EST PLUS GRAND QUE SON ACTE
Et comme le témoigne si bien notre pape François, non seulement par la prière , mais aussi par les actes: tout homme a droit au pardon , à l’espérance et à la charité,
c’est cela la MISERICORDE.
Le brigand à côté de Jésus, n’avait-il pas reçu ce merveilleux message:
“ Aujourd’hui même, tu seras avec moi au paradis “
Ce message , j’essaye aussi de le transmettre par les marches, marches de l’Avent sur les Chemins de Compostelle en Alsace, marche d’Entrée en Carême, le mercredi des cendres. Depuis quelques années, des détenus ayant eu l’autorisation du juge, participent à ces marches, et quelle progression dans leur réinsertion!

Pour terminer, je voudrais laisser la parole à Cyrille de la Maison d’arrêt de Mulhouse:

AU–DELA DE CES MURS…
Au-delà de ces murs de pierre,
au-delà de l’acier qui m’entoure
au-delà de ce temps qui suspend ma vie,
m’isolent et m’emprisonnent,
je libère mon esprit de ces poids
qui m’empêchent d’exister.
J’accepte ma condition et ouvre mon cœur.
Je sais qu’il m’écoute, je sais qu’il ne juge pas,
il sait se taire pour mieux m’entendre.
Dans le silence, il s’accomplit, il m’aime tel que je suis.
A travers Lui et en Lui , je donne a être moi
ou à Le découvrir.
Ma foi me transporte et transforme mon humiliation
en humilité,
j’apprends à changer ce qui m’atteint
en ce qui me donne.
Par son fils Jésus, le chemin mène plus loin
que je ne puisse m’aider à aller.
C’est une paix intérieure, invulnérable et inaltérable,
l’humilité m’apprend qu’être petit est ce que nous avons
de plus grand.
Je l’ignorai!!!
Grâce à Dieu, je prends le temps de le vivre
et d’apprécier la dimension de cette révélation.
Prions pour transmettre cette chance,
prions pour demeurer en elle.

Merci de prier pour moi , pour que je puisse rester dans ce chemin de Miséricorde.
Hubert

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Lire aussi

  • Depuis le 8 décembre, nous sommes dans l'année jubilaire de la miséricorde. Le Pape François a souhaité que l’Eglise vive ce temps de grâces pour qu’elle puisse témoigner de l’étonnante tendresse de notre Dieu venant rejoindre les pauvretés, fragilités et détresses de notre humanité.  Les portes  des cathédrales et de très nombreux sanctuaires qui jalonnent le chemin…
  •   Dimanche 13 décembre, une Porte Sainte a été ouverte dans la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle, afin que le Jubilé de la Miséricorde puisse être vécu par le plus grand nombre, et que l’Église soit, dans le monde, signe visible de l’amour et de la miséricorde du Père. "La miséricorde et le pardon ne doivent…
  • Eglise paroissiale     (prêtre : 06 84 95 38 15) - Messe samedi 17h et dimanche 11h Mercredi 17h (Maison de retraite « la Miséricorde ») Vendredi à 17h (maison de retraite « le Moutier »)
  • Un nouveau départ sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle avec l'Aumônerie Catholique des Prisons DE LA PRISON, AUX CHEMINS DE ST JACQUES DE COMPOSTELLE Ce projet invite les personnes détenues de la prison de Saint-Quentin Fallavier en Isère à sortir le temps d’une journée à proximité du centre pénitentiaire ou sur cinq jours, sur les…
Publié dans Témoignages, Vie sur le chemin Tagués avec :