Annoncer la bonne Nouvelle sur le chemin de Compostelle

semeurs 2017

Suite à leur pèlerinage du Puy à Saint Jacques, Blandine et Arthur de Lassus, ont créé une mission d’évangélisation sur le chemin de Saint Jacques pour les jeunes de 20 à 35 ans.

La 1ère édition s’est déroulée du 5 au 15 août 2016 : elle a apporté beaucoup de joie et de grâces.

Le cœur empli des grâces reçues, la saison 2017 est lancée ….
Il s’agit donc d’une 2ème édition du 5 au 15 août 2017

Nous vous invitons à faire connaître cette information auprès des jeunes qui pourraient être intéressés par cette mission.

Au programme : Une première journée de formation et de cohésion. 8 jour de marche en binôme avec les pèlerins ou 8 jours d’accueil des pèlerins dans une église. Une dernière journée de relecture et de joie à Conques.
La mission est soutenue par les évêques du chemin et Anuncio.semeurs 2016

En attendant, pour votre information, vous pouvez Lire quelques fiorettis de la mission 2016 :

Que retenez-vous de l’évangélisation ?
« Evangéliser est une école d’humilité. J’ai vécu ce pèlerinage comme une invitation à l’humilité ». Nous partions avec une formation en tête, des idées sur ce qu’est l’évangélisation et, pourtant, « au moment venu, j’ai dû tout abandonner et aimer tout simplement ». Nous avons partagé l’expérience que la démarche d’évangélisation est ouverte au monde, sans jugement. Elle favorise l’ouverture d’esprit. Dieu travaille dans tous les cœurs.

« Je ne sais pas si j’ai contribué à féconder d’autres terres : mais je sais que ma prière simple pour les personnes que j’ai rencontrées portera du fruit, car c’est ma foi. »

« Certains pèlerins cherchent quelque chose avec plus d’ardeur que moi, et sans être chrétiens, ont une soif édifiante. Nous avons, en effet, tous constaté à quel point les pèlerins sont en quête de sens, à quel point ils sont disponibles et ont une belle simplicité d’accueil ».

« Faire tomber les préjugés, voir au-delà des apparences… Voilà une des missions sanctifiantes que nous avons vécue… « Prier pour voir avec les yeux du cœur ».

« J’ai expérimenté que chacun possède Dieu dans son cœur, j’ai eu la sensation de récolter plus que de semer ». Notre foi est vivifiée par la mission. Nous avons l’impression d’avoir « beaucoup, beaucoup reçu ».  

Une rencontre marquante ?
« Une jeune femme rentre dans l’église. Je l’accueille et commence la visite de l’église avec elle. A l’évocation de l’archange Gabriel, elle fond en larmes. Alors, ne sachant que faire, je me mets à prier pour elle. Elle me raconte qu’elle ne se sent pas prête à avoir un enfant mais que son compagnon est las d’attendre… Alors, elle est partie sur le chemin. Après un beau moment de partage et de prière, la jeune femme est repartie avec le désir de prier Marie pour sa grossesse. Je suis édifié par ce temps donné gratuit qui fait du bien aux autres comme à moi ! »

« Je me souviens de cette pèlerine prenant une petite médaille miraculeuse et se mettant à pleurer toutes les larmes de son corps en la regardant… Nous sommes allés nous assoir et elle m’a demandé ce que signifiaient toutes les inscriptions sur la médaille. Elle la serrait contre elle, comme un enfant contre son sein… »

« Après un bon dîner partagé avec des pèlerins, nous sommes fatigués et avons envie d’aller nous coucher. Mais une pèlerine se lève en même temps que nous et demande à nous parler. Elle nous confie alors les épreuves qu’elle traverse et les pardons qu’elle n’arrive pas à donner. Elle nous dit aussi : « de toute façon, un tel, il ne mérite même pas qu’on prie pour lui… Mais, je vous le dis quand même car je sais que vous allez prier pour lui ! ». Cette femme nous a parlé pendant longtemps. Alors que nous étions rentré chez nous après la mission, elle nous a envoyé un sms pour nous remercier et nous dire qu’elle était sur le chemin du pardon. Deo Gratias ! »

« Mes pieds endoloris ont été l’occasion de compatir  à ma toute petite échelle  aux souffrances du Christ en croix, de vivre un Gethsémani. « J’ai offert mes pieds en sang à Jésus. J’étais presque heureuse ». « Dieu est la route vivante : on peste parfois contre une pente raide, et c’est la même route que l’on contemple plus loin° ».

Les rejoindre sur la page Facebook : semeurs en chemin et sur le site internet : www.semeursenchemin.com

Vous avez le désir de vivre une mission fraternelle sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle ? De contempler le Christ dans les pèlerins, les rencontres ? Dans la beauté de sa création ? De transmettre la joie d’être aimé de Dieu ?

N’hésitez pas à prendre contact !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Vie sur le chemin