Au nom du Seigneur, nous vous bénissons. (Psaume 128)

10ème psaume des montées chanté et récité et prié, lors des trois principaux pèlerinages des Juifs se rendant à Jérusalem où l’on monte de tous les côtés.

1 Que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse, – à Israël de le dire –
2 que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse : ils ne m’ont pas soumis !
3 Sur mon dos, des laboureurs ont labouré et creusé leurs sillons ;
4 mais le Seigneur, le juste, a brisé l’attelage des impies.
5 Qu’ils soient tous humiliés, rejetés, les ennemis de Sion !
6 Qu’ils deviennent comme l’herbe des toits, aussitôt desséchée !
7 Les moissonneurs n’en font pas une poignée, ni les lieurs une gerbe,
8 et les passants ne peuvent leur dire : « La bénédiction du Seigneur soit sur vous ! » Au nom du Seigneur, nous vous bénissons.

psaume 128

Contexte

Dès son commencement, le peuple de Dieu a été persécuté. A la fin ses adversaires seront dispersés mais le peuple restera.
S’accrocher, face aux difficultés de la vie, c’est une forme d’espérance vraie.

Pour aller plus loin

Ce psaume reprend la perspective du peuple d’Israël confronté à des opposants et il invite à se souvenir du séjour en Egypte ainsi que de l’exil à Babylone dont le Seigneur l’a finalement délivré. En effet les situations se tournent et les ennemis apparemment vainqueurs sont finalement vaincus par la présence de Dieu en son peuple.

Comme chrétiens, nous pouvons aussi lire et prier ce psaume en contemplant la passion du Christ-Jésus, le petit reste d’Israël, le Serviteur du Très-Haut. Son arrestation, sa flagellation sont comme annoncées par le troisième verset : Sur mon dos, des laboureurs ont labouré et creusé leurs sillons. De même à peine était-il né qu’il était l’objet des suspicions d’Hérode : Que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse, d’où la fuite de la sante famille en Egypte comme bien des migrants fuyant les persécutions et les massacres actuellement.

Prions

Seigneur Jésus,
Fils de l’homme à jamais glorieux,
sur ton dos nos péchés ont allongé leurs sillons,
mais ta mort a mis en pièces le joug de Satan :
bénis ton Eglise traquée par le mal
et comble-la de ta grâce
pour les siècles des siècles.
Amen.


Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Prier Tagués avec :