Des nouvelles de Santiago avec Soeur Pilinchi

Soeur Pilinchi est un visage bien connu du bureau international des pèlerins, à Santiago. Les volontaires de l’accueil francophone l’apprécient tout particulièrement. Elle témoigne ici de manière très simple de la façon dont elle a vécu cette année particulière en répondant aux questions de la Lettre de Webcompostella, le premier novembre 2020. 

sœur Pilinchi

Malgré cette année difficile, sœur Pilinchi garde bon espoir pour 2021

Comment a fonctionné le bureau international des pèlerins cette année ? 

Le 13 mars 2020,  le Centre international des pèlerins a fermé ses portes, mais on a laissé des pochons (sacs plastiques) hors l’édifice pour tous les pèlerins qui étaient encore en transit pour déposer leur crédenciale. Et ainsi nous avons pu leur envoyer la Compostela. Le Centre a réouvert ses portes le 1er juillet ainsi que la Cathédrale et quelques auberges du réseau publique. Il n’y a pas eu de service de volontariat au Centre cette année.

Combien de pèlerins ont-ils été enregistrés cette année à Santiago ?

Depuis janvier 2020 jusqu’au 28 octobre  53.107 pèlerins sont arrivés. Les pèlerins reçus depuis la réouverture sont des espagnols dans la majorité, puis par ordre :du Portugal, Italie, Allemagne et France. L’année passée du 1er janvier au 28 octobre, il y a eu 334.511 pèlerins, donc un pourcentage bien inférieur cette année.

 Y-a-t-il eu malgré tout une vie au sanctuaire de Santiago, autour de la cathédrale ?

La Cathédrale a fermé ses portes durant la pandémie et a réouvert ses portes le 1er juillet avec un horaire de 9h à  à 18h45. L’accès s’est fait par la Place de Platerías du lundi au vendredi et par la Place de Azabachería le samedi et dimanche.

Le coronavirus a -t-il été virulent à Compostelle et dans la Galice ?

Non. La Galice a été une des régions qui ont souffert le moins du Covid.  Actuellement, nous sommes en reconfinement.

Comment s’envisage l’année jacquaire 2021 ?

C’est trop tôt pour prévoir ce qui va se passer l’an prochain. Tout va dépendre  de l’évolution de la pandémie les mois prochains. Mais pour le moment on pense inaugurer l’année Sainte le 31 décembre 2020. Nous avons bien l’espoir de pouvoir la célébrer et de pouvoir accueillir beaucoup de pèlerins…

Soeur Pilinchi, 2020 a été une année particulière pour vous aussi. Comment l’avez-vous vécu ? Qu’avez-vous ressenti ?

Bien sûr, cela a été une année tout à fait extraordinaire. Avec étonnement, au début je me demandais : est-ce possible qu’en 2020 nous ne soyons pas capables de résoudre cette épidémie ? Et puis je me suis rendue à l’évidence… oui, nous sommes tout petits… Nous croyions pouvoir tout prévoir et tout organiser et … tout faire…  Je l’ai vécue en paix, mais avec la souffrance de voir les dégâts, puisque je ne voyais pas de motifs pour la vivre autrement.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Témoignages Tagués avec :