J’ai accompagné un jeune mineur…

En réponse à un appel à bénévolat, je me suis proposée pour accompagner sur le chemin de Compostelle un jeune mineur ayant eu des soucis avec la justice.  Une équipe d’encadrants était disponible à proximité à tout moment.

Cette démarche avait pour objectif de faire prendre conscience à ces jeunes des contraintes toutes simples de la vie, telles que :

  • se lever quotidiennement,
  • se maintenir propre (et donc faire sa toilette, laver son linge),
  • se nourrir (et donc faire ses courses, se préparer à manger, laver et ranger sa vaisselle),
  • s’organiser (et donc faire son sac),
  • se socialiser (au travers de rencontres très variées avec d’autres marcheurs)
  • pratiquer l’effort quotidien lié à la marche avec son sac à dos (et donc la fatigue, les maux y afférant),
  • tenir le budget qui était alloué.

Toutes ces contraintes quotidiennes étaient appelées à se produire dans la durée.

Arthur, jeune garçon de 16 ans, déscolarisé, à qui il était demandé de bien réfléchir sur la démarche qui lui était proposée avant son départ, s’éloignait ainsi durablement de ses copains et de sa famille et devait oublier ses habitudes de consommation pour partir avec une personne inconnue qu’il n’avait pas choisie.

J’ai pu l’accompagner avec beaucoup de respect, mais aussi de fermeté quand cela s’avérait nécessaire. Mais je crois surtout avec beaucoup d’amour, de cet amour qui vient en marchant et où l’on prend tout simplement soin d’un être fragile.

sur les chemins de Saint Jacques

Arthur était réellement déterminé à atteindre le but qui lui avait été fixé. En dépassant ses difficultés, il a pu avoir certaines prises de conscience sur sa vie. J’ai donc pu assister à sa lente transformation durant ces quatre semaines mémorables en sa compagnie.

La visite de la Cathédrale de Compostelle organisée par Webcompostella  (une association chrétienne animée par d’anciens pèlerins) et leurs commentaires philosophiques et spirituels nous ont permis d’échanger avec beaucoup de joie et de profondeur d’âme sur cette expérience du « camino ».

C’est enchantée que je suis rentrée de cette expérience, étonnée par tant de beauté reçue tout au long de ce chemin.

Arthur a depuis poursuivi ce séjour de rupture avec un nouvel accompagnateur pendant les cinq mois suivants. Les quelques nouvelles reçues depuis me laissent augurer une belle suite à cette aventure. J’espère que cette expérience du « camino » lui servira pour son chemin de vie futur.

Etiennette

(Par souci de confidentialité les prénoms ont été changés)

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Témoignages