Un Jubilé au Puy-en-Velay

jubile du Puy en Velay

Grand Jubilé de 2005

Le Jubilé du Puy-en-Velay, ou  Grand Jubilé de Notre-Dame du Puy-en-Velay est célébrée dans cette ville lorsque le 25 mars, jour de l’Annonciation (conception du Christ selon l’Esprit Saint) coïncide avec le Vendredi Saint (mort du Christ sur la Croix). Cet événement s’appellait également « Grand Pardon. »

Il débute à cette date et s’achève le 15 Août.

Son origine ?

En 992, Bernhard, un moine allemand, avait prédit la fin du monde pour le 25 mars de cette année-là, ce jour de l’Annonciation (fête de la conception du Christ) étant également celui du Vendredi saint (jour de sa mort).

Selon la tradition orale, le premier jubilé connu de Notre-Dame du Puy aurait eu lieu en 1065 alors que celui de 1407 demeure le premier dans les documents sûrs.

L’indulgence attribuée à la cathédrale fut octroyée par le pape Clément IV en 1265 qui avait été évêque du Puy. En admettant que les privilèges de pardon fussent accordés à la cathédrale, il ne s’agissait pas encore de jubilé. L’indulgence partielle durait un an et 40 jours, lors des octaves de la Nativité, de l’Annonciation, de l’Assomption, de la Purification de la Vierge, de l’Ascension ainsi que les trois jours des Rogations. Nicolas IV et Grégoire XI suivirent le renouvellement de cet événement, en 1291 pour un an et 40 jours ainsi qu’en 1373 deux ans et 80 jours.

Au contraire de ces indulgences, le jubilé ne durait que 24 heures jusqu’au XVIème  siècle. Sa durée fut prolongée par les autorisations de certains papes, pour éviter le drame de nombreux morts en raison de l’abondance de fidèles dans le bourg de cette petite ville.

Le jubilé était protégé par deux séries de privilèges importants :

– par des décisions de rois de France ;

– par des privilèges accordés par des papes.

Les documents pontificaux en faveurs des premiers jubilés ont été perdus, à cause d’incendie au Puy au XIIIème siècle ainsi qu’au XVème siècle. Mais Pierre Cubizolles, prêtre du diocèse du Puy-en-Velay qui étudié l’histoire du jubilé, conclut qu’elle repose sur des bases incontestables, avec à l’origine une initiative populaire et des actes pontificaux.

Deux jubilés au XXIème siècle (2005 et 2016)

Notre Dame du Puy-en-VelayLe 30ème (2005) se déroula du jeudi 24 mars au lundi 15 août, calendrier fixé par Rome ; présidé par l’évêque Mgr Henri Brincard. Pour la première fois, la célébration fut prolongée jusqu’à la fête de l’Assomption de Marie. Durant cette longue période, la ville accueillit 350000 pèlerins environ. En raison de l’importance culturelle de cet événement, le Centre culturel du conseil général de la Haute-Loire organisa un colloque « Jubilé, jubilés » du 8 au 10 juin.
Le 31ème, en pleine préparation, se déroulera cette année du mercredi 23 mars au lundi 15 août, présidé par le nouvel évêque, Mgr Luc Crépy.
Par respect pour la tradition, le premier acte préparatoire fut établi au début du mois de mars 2015, un an avant l’événement. À son arrivée de nouvel évêque, Mgr Luc Crépy évoqua officiellement le jubilé de 2016. Bien que l’évêque espérât une visite officielle du pape François, en lui adressant une invitation particulière, le projet de sa visite en France fut repoussé.

Le 8 décembre, l’évêque ouvrit la porte de la miséricorde dans la cathédrale, lors de la célébration de l’Immaculée Conception, en répondant à l’inauguration de l’année sainte à Rome.

C’est le Mercredi Saint 23 mars, lors de la Messe Chrismale, que s’ouvrira le jubilé diocésain. Un village du jubilé, permet d’accueillir au mieux les fidèles.

Chaque jour, la journée commencera par la messe de sept heures, en faveur des pèlerins qui voudront s’en aller pour le chemin de Saint-Jacques.
Chaque jour, la journée commencera par la messe de sept heures, en faveur des pèlerins qui voudront s’en aller pour le chemin de Saint-Jacques.Un itinéraire jubilaire, des célébrations, des conférences, un accueil quotidien des prêtres pour le sacrement de la réconciliation (confession) permettront aux nombreux pèlerins d’accomplir leur démarche seul comme en communauté familiale, paroissiale, diocésaine.

P. Olivier Mabille

 

Lire aussi

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Vie sur le chemin