↻ Retour

La visite spirituelle de soeur Bernadette…

29 novembre 2021 | En chemin

lourdes

Pas qu’à Santiago qu’il y a une visite spirituelle ! Soeur Bernadette, religieuse du centre de l’Assomption et guide du sanctuaire, a présenté aux accueillants restés à Lourdes les sept signes d’une visite spirituelle des abords de la grotte.

Premiers signes spirituels : les portes d’entrée du sanctuaire. La porte Saint-Michel tout d’abord avec la statue de l’archange Saint-Michel (« entrez sans crainte, je vous protège »). Saint-Michel terrasse les dragons et neutralise les forces mauvaises. Le pèlerin est invité à chasser ces dernières de son coeur.

De l’autre côté de l’entrée, à gauche, les deux archanges Raphaël et Gabriel. Le premier « prend soin du voyageur et l’invite à prendre soin de ses frères ». Le second est porteur d’une bonne nouvelle : « écoute ton coeur, il y a pour toi une bonne nouvelle ». Pour sœur Bernadette, cette porte est « celle de la confiance ».

La seconde porte, Saint-Joseph, est « celle de la vie quotidienne ». Après avoir passé la statue de Saint-Joseph tenant l’enfant-Jésus dans ses bras, le pèlerin plonge vers le sanctuaire. Dans la descente, il est invité à « lâcher prise »…

La Vierge étoilée, l’un des signes spirituels majeurs du sanctuaire de Lourdes.

Second signe spirituel : le signe de la Croix devant la Vierge couronnée. La Vierge avait appris à Bernadette à faire le signe de la croix lors de sa première apparition le jeudi 11 février 1858. Puis lors de la 3e apparition, la Dame avait déclaré à Bernadette : « Voulez-vous avoir la grâce de venir ici pendant 15 jours ? Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde mais dans l’autre ». Faire le signe de la croix, « c’est être renouvelé de l’intérieur » commente sœur Bernadette.

Troisième signe spirituel : le vent qui souffle dans les arbres du sanctuaire. « Les arbres permettent de sentir le vent qui a beaucoup d’importance dans les apparitions » rappelle sœur Bernadette. Bernadette Soubirous entendait un « bruit comme un coup de vent » avant la vision de la Dame. Le vent comme souffle de l’Esprit, qu’il faut « écouter dans son coeur ». A nous aussi de repérer autour de nous les « lieux où souffle l’esprit », comme l’écrivait Maurice Barrès.

Quatrième signe spirituel : la grotte de Massabielle. Le pèlerin est invité à toucher le rocher avec reconnaissance et confiance : « mon Rocher, c’est le Seigneur ». Il est également invité à «contempler la source qui jaillit du Rocher : « donne-la moi cette eau, Seigneur ». Enfin, « pose tes mains et ton front. Dépose tout ce qui est trop lourd pour toi ». Un peu comme l’on dépose symboliquement notre petit caillou sur le chemin de Compostelle au pied de la Cruz del ferro…

Cinquième signe  spirituel : l’eau. Lors de la neuvième apparition, le jeudi 25 février 1858, , la Dame demande à Bernadette d’aller boire à la source qui apparaît miraculeusement au fond de la grotte. Plus tard, la jeune Soubirous déclarera : «  je ne trouvai qu’un peu d’eau vaseuse. Au quatrième essai, je pus boire ». La foule présente est sceptique. Pourtant, la source ne cessera plus de couler. On connaît l’importance de l’eau de Lourdes… Et de l’eau tout court pour le pèlerin.

Sixième signe spirituel : la lumière des bougies, la lumière de la Présence. Le pèlerin est invité à « accueillir la lumière pour devenir lumière, avec cette flamme fragile qui se partage et se répand ». En chantant : « la lumière et mon salut, c’est le Seigneur ».

Septième signe spirituel : les processions. Le 2 mars 1858, la foule est très importante autour de Bernadette pour la 13e apparition. La Dame délivre à Bernadette Soubirous le message suivant : « Allez dire aux prêtres qu’on vienne ici en procession et qu’on y bâtisse une chapelle ». Ce message va inspirer la procession du saint-sacrement avec tous les malades de 17h à 18h et la procession mariale aux flambeaux de 21h à 22h tous les soirs.

La conclusion revient à sœur Bernadette : « en réalité, le vérirable sanctuaire est le coeur de l’Homme ».

Précisions historiques.

18 apparitions se succèdent à la grotte de Massabielle à Lourdes entre le 11 février 1858 et le 16 juillet 1858. Elles seront reconnues par l’Église en 1862. La Vierge apparue y est déclarée « Notre-Dame de Lourdes ». Seulement 69 guérisons ont à ce jour reçu le statut de « miracle » par l’Église (sur les 7000 cas de guérisons supposées, soumises à un Bureau des constatations médicales).

Sainte Bernadette Soubirous a été canonisée le 8 décembre 1933. Depuis le 3 août 1925, son corps repose dans une châsse de verre située dans la chapelle de l’ancien couvent Saint-Gildas à Nevers, baptisé aujourd’hui Espace Bernadette.

 

Credencial

Guides des voies jacquaires

Chemin de prière

Guides spirituels

LA lettre

de webcompostella

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables !
Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.