Saint Fleuret

Fête le 1er juillet

SA VIE

D’après les documents, Saint Fleuret, confesseur, est un évêque d’Auvergne du Vème siècle. Fidèle à Rome, il a lutté contre l’arianisme des Wisigoths qui tenaient à cette époque la Gaule aquitaine. A son retour d’un voyage à  Rome, il séjourne à Estaing. La population est frappée par ses prédications, sa douceur et sa compassion. Après avoir fait jaillir une fontaine – la sècheresse sévissant dans toute la région – et guérit des malades, il envisage de continuer son voyage. Mais il tombe malade et meurt à Estaing. Sa réputation de sainteté ne fait aucun doute pour les estagnols.

LA PARTICULARITE DES RELIQUES

Les reliques de saint Fleuret présentées dans l’église d’Estaing ont fait l’objet d’études paléographiques, hagiographiques, historiques, biologiques et scientifiques  (2013 à 2017) dont les résultats confirment un culte plus que millénaire.

Les 3 reliquaires exposés dans la chapelle dédiée à saint Fleuret contiennent en effet les ossements quasiment complets, étonnamment conservés hors sédiment, d’un homme qui a vécu au Vème siècle et mort à Estaing en grande réputation de sainteté ;  à la fin de l’Antiquité et au début du Haut Moyen-âge.

Ainsi se confirme ce que la tradition a transmise jusqu’à nos jours : c’est un homme de petite taille, mort vers l’âge de cinquante ans, entre 431 et 558 nous pouvons envisager, avec une grande vraisemblance,  qu’il s’agit bien de la totalité de ses restes et l’étude confirme la datation du 5ème siècle. (Carbone 14)

Ces objets de dévotion à un saint local, but d’un pèlerinage régional également très ancien, constituent un ensemble tout à fait remarquable sur un des chemins de Saint Jacques en Galice et dont subsiste encore chaque année, au premier dimanche de juillet, une procession magnifiquement rehaussée et colorée de plus de cent cinquante figurants et participants en costumes historiques et religieux, véritable héritage communautaire.

Un culte plus que millénaire, autour d’une richesse archéologique, confirmés par la science confèrent à ces reliques une humble particularité, cependant assez rare pour être reconnues et révélées au grand public.

 

SA VENERATION

Sa sainteté reconnue  par la « vox populi », il ne cesse depuis, d’être invoqué, particulièrement pour les maladies et la protection des troupeaux.

La dévotion populaire se développe et Saint Fleuret est fêté le premier dimanche de juillet. Ce jour-là, après la messe, une grande procession parcourt la cité. Les estagnols costumés (180)  représentent l’Eglise d’hier et d’aujourd’hui, les saints, les archanges et différentes fonctions ecclésiastiques ainsi que quelques personnalités du Comté d’Estaing. Les pèlerins de Compostelle « encoquillés », représentent les croyants. Portant le bras-reliquaire, le clergé de la paroisse et les servants d’autel processionnent derrière le buste-reliquaire du Saint exposé sous un dais. C’est une belle illustration de la communion des saints qui doit toujours se garder du folklore pour entrer davantage dans l’amour du Christ, de l’Eglise et de ses saints.

Ainsi, chaque premier dimanche de juillet, depuis « la nuit des temps » le village honore son saint Patron. La tradition et la permanence impressionnante de ce culte, fait de Saint Fleuret une figure bien vivante du patrimoine estagnol.  

PoèmePrière

Seigneur, notre Dieu, tu as permis à ton évêque, saint Fleuret,
de répondre généreusement à ceux qui l ’invoquent.
Accorde-nous par son intercession d ’être comme lui attentifs
aux besoins des hommes de la terre et à ceux des animaux qui les
aident dans leur travail quotidien.

Seigneur, notre Dieu, tu as permis à ton évêque, saint Fleuret,
de répondre généreusement à ceux qui l ’invoquent.
Accorde-nous par son intercession d ’être comme lui attentifs
aux besoins des hommes de la terre et à ceux des animaux qui les
aident dans leur travail quotidien.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Eclairages spirituels, Saints de la route -