Sur le Chemin, Louise a renouvelé son coeur…

Louise, 23 ans, originaire du Nord, a pris le chemin en septembre 2020 pour se remettre d’une rupture de fiançailles. Partie pour quinze jours du Puy-en-Velay, elle est allée finalement jusqu’à Cahors, du 3 au 23 septembre 2020.  « J’ai renouvelé mon coeur » témoigne cette jeune croyante.

« Je suis partie pour guérir mon cœur
Pour guérir de l’intérieur
Pour laisser le passé derrière
Pour stopper mes larmes amères
Pour me trouver, me retrouver, sentir une lumière espérée
Du Puy en Velay je me suis lancée
Sur ce chemin plein de pèlerins
Seule, le cœur sorti de son seuil
Sans rien de prévu, sauf l’imprévu.

Ainsi débute « Le chemin », un poème écrit par Louise, au retour de son périple entre Le Puy-en-Velay et Cahors, sur la Via Podiensis. Cette marche de quatre semaines a transformé la jeune femme partie sur un « coup de tête ».

« J’étais fiancée. Mon ami a rompu les fiançailles. Mon coeur était perdu » témoigne Louise. Toute fraîche diplômée comme ingénieure dans l’agro-alimentaire, elle décide de marcher vers Compostelle, seule, avec son sac à dos et une tente. « Je suis croyante. Pour moi, ce chemin avait du sens ».

Partie pour quinze jours (arrêt prévu à Conques), Louise va prolonger son chemin d’une autre quinzaine, jusqu’à Cahors (Lot), via Rocamadour.

« Je ne m’attendais à rien, mais pas à autant » s’émeut Louise en « relisant » son aventure ».

« C’est incroyablece que j’ai vécu. J’ai ressenti le poids de l’histoire à chaque pas, avec les calvaires, les monuments. C’est mystérieux, on se sent porté par l’histoire ».

Les larmes ont coulé

Louise sur le chemin de Compostelle : un parcours de libération…

Louis a  été « chamboulée » par les rencontres faites sur le chemin. « Je n’ai jamais eu autant de conversations aussi profondes en si peu de temps. Je m’attendais à voir des pèlerins traditionnels. Je n’ai rencontré aucun croyant ». En revanche, elle a côtoyé des personnes « blessées ».

Comme ce jeune garçon de 17 ans, marchant avec un éducateur spécialisé (association Seuil). « Il écrivait chaque jour de nouvelles phrases pour une chanson. Au fil des étapes, j’ai vu l’ évolution du jeune mineur. Il chantait ses couplets avec un autre marcheur, de 26 ans, musicien, qui portait sa guitare sur le dos. Lui aussi était en route à la suite d’une peine sentimentale ».

Louise a marché avec ces deux jeunes et avec d’autres. « Tout le monde pleurait d’émotion au mois une fois par jour » assure Louise, intarissable.

Un jour, un de ses compagnons de marche l’invite « à faire un câlin à un arbre. Je l’ai fait un peu plus tard. J’ai imaginé un fluide. Des larmes de paix ont coulé. Je suis repartie un poids en moins, le coeur renouvelé ».

 La médaille de baptisée que Louise portait à son cou n’a pas manqué d’intriguer ses compagnons plutôt éloignés de la question religieuse. « Souvent, je m’arrêtais dans les églises. Eux rentraient mais ne savaient pas trop quoi faire. A la fin du chemin, certains m’ont confié que ce chemin était un tournant dans leur vie. Un chemin de réflexion. L’un d’eux m’a avoué que j’avais fait évoluer son regard sur la religion ».

Et sa foi à elle ? « Elle n’a pas été ébranlée mais fortifiée. Je suis encore plus convaincue après avoir été confrontée à des questions que je ne m’étais jamais posées ».  Louise est restée longtemps devant la Vierge à Rocamadour. « C’est elle qui m’a guérie de ma peine, je crois ».

A son retour dans le Nord, les parents de Louise l’ont trouvé « illuminée ». Et notre pèlerine de confirmer : «  Oui, je suis transformée. J’ai vécu une liberté incroyable ».

Libérée, Louise conclut son poème ainsi :

” Chaque chemin emprunté est une vérité
Il fallait juste laisser la mienne s’exprimer
Arpenter les sentiers pour encore se trouver
Dans l’écho renvoyé des âmes rencontrées “


Vous aussi, témoignez !

Si vous aussi, vous souhaitez, comme Louise,  témoignez sur la façon dont votre pèlerinage a fait évoluer votre foi et a stimulé votre vie spirituelle, vous serez les bienvenus.  Chaque Chemin est unique, mais il peut se partager.  S’adresser à : eric-chopin@orange.fr

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Témoignages