Un équipier-prêtre à l’accueil francophone

Un équipier-prêtre à l’accueil francophone à Saint-Jacques-De- Compostelle.

Un équipier-prêtre. Dans toute la mesure du possible, chacune de nos équipes en compte un, et son statut est d’abord celui d’équipier. Dûment autorisé par sa hiérarchie – et le contrôle est strict – il officie pour ce qui relève du religieux, mais on attend de lui une ouverture au monde spirituel le plus large possible. Capable d’écouter et d’accueillir sans jugement celui ou celle qui, arrivant à Santiago, vient lui déposer son sac. Il est pour l’équipe une ressource d’harmonie et de liberté. S’il a de l’humour, ça aide ! Sa fonction le met plus immédiatement au contact du clergé et du personnel de la cathédrale. A ce titre, il contribue à servir de son mieux l’image des français de l’accueil.

accueil francophone

La messe en français. La cathédrale accueille ses premiers pèlerins ; elle est encore relativement silencieuse. Les francophones se retrouvent dans la chapelle axiale, dite du Saint Sauveur ou encore chapelle des rois de France. L’espace est limité mais vite chaleureux. Là convergent les pèlerins patentés, engagés dans la vie de leur paroisse et les chrétiens plus anonymes. Apparaissent aussi des marcheurs partis à la recherche d’une étoile, d’un sens à leur vie. Dans les têtes se bousculent les visages qui ont accompagné la marche, et pour certains, le souvenir d’émotions religieuses qui remontent à l’enfance ou à l’adolescence.  C’est l’heure du « recueillement » encore désordonné où l’après s’ébauche. Les gestes liturgiques, les mots de la prière en sont nourris, et quelquefois une larme discrète.  .
2020. Le virus a frappé, durement, et l’été s’annonce incertain. A Conques, quelques heures avant le confinement, les équipes se sont retrouvées pour faire connaissance et affiner la préparation. Déjà, l’ouverture de l’accueil a été reportée au 1er juillet, sans bien savoir de quoi l’avenir sera fait. Qui pourra marcher vers Compostelle ? Qu’en sera-t-il des travaux de restauration de la cathédrale ? Quel accueil pourra être maintenu ?

Alors, on regarde l’étoile, et pour s’encourager, on chante : Ultreïa !

Pour sûr, en 2021, pour l’année Sainte, on se retrouvera tous à Santiago. Foi de jacquet !

Père Jacques COUGNAUD.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Témoignages Tagués avec :