« Une année exceptionnellement belle »

Du côté des accueillants, « Une année exceptionnellement belle »

Loin des discours catastrophistes, le père Ludovic de Lander, curé de Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques) et accueillant ! Pour ce prêtre imprégné de l’esprit de Saint-Jacques, cette année 2020, pourtant perturbée par le Covid, a été « exceptionnellement belle » du point de vue jacquaire. 

Accueil de pèlerins en septembre 2020 à Navarrenx. A gauche, le père Ludovic de Lander

Navarrenx, terre d’accueil et d’hospitalité pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques… Un accueil forgé par le père Sébastien Ihidoy durant une vingtaine d’année et perpétué depuis par le père Ludovic de Lander.

Les pèlerins qui ont fait étape dans cette cité célèbre par ses remparts et son pont plus que centenaire, se souviennent forcément de cette bénédiction dans l’église et de ce délicieux vin de Jurançon partagé lors du verre de l’amitié, avec des habitants, dans la salle paroissiale.

Le  méchant virus aurait-il, en cette année 2020, grippé la belle dynamique accueillante navarraise, renforcée depuis trois ans par un accueil donativo, la Maison Saint-Antoine ? En bien, pas du tout ! « Nous avons vécu une année exceptionnellement belle » témoigne, de manière paradoxale, le père Ludovic. Qui parle même de « moment de grâce ».

Une vraie démarche intérieure

Certes, comme partout, les pèlerins se sont fait attendre. « Jusqu’à mi-juin, nous n’en avons pas eu beaucoup. Mais après, c’est monté en puissance, notamment en septembre. Et notre donativo paroissial, animé par 150 jeunes durant l’été, a accueilli de nombreux pèlerins ». Sans aucun cas de contamination au coronavirus…

Moins de monde que les années passées, donc. En revanche… la qualité ! «  Je ne voudrais pas être trop binaire et il faudrait bien sûr nuancer » poursuit le prêtre. «  Mais il y a eu nettement moins de touristes ou de sportifs. Les pèlerins accueillis avaient une vraie démarche et une belle liberté intérieure. Je n’ai jamais autant confessé et j’ai rencontré beaucoup de conversions ».

Le père Ludovic cite ainsi trois exemples.

Premier exemple : ces  trois personnes qui lui ont affirmé « avoir rencontré le Christ sur le chemin » alors qu’elles « étaient parties non croyantes ». Elles ont été converties « par l’expérience de la Providence, cette douce présence bienveillante qui nous accompagne sur le Chemin, la beauté de la nature, miroir du créateur, et la puissance spirituelle rencontrée dans les églises ».

Second  exemple, celui de Cédric, un garçon de 23 ans, arrivé « broyé » sur le chemin après la mort de son épouse, et accueilli à la Maison Saint-Antoine. « Ce jeune a pu ouvrir son cœur et être apaisé de sa souffrance par la bienveillance et la charité des jeunes accueillants », témoigne le curé de Navarrenx. « Le rayonnement des accueillants était si fort qu’une partie de sa souffrance a été noyée  dans cette joie lumineuse. Il est reparti sur le chemin soulagé ».

Dernier exemple, cette dame rencontrée au verre de l’amitié qui s’est déclarée« éclairée » par les mots d’accueil à l’église du père Ludovic. Elle a promis « de reprendre la pratique après le chemin ».

Spiritualité de l’instant

Qu’avait donc dit le père Ludovic aux pèlerins avant de les bénir dans l’église ? Toujours ce même message qui lui tient à coeur : « de la même manière que la coquille est ouverte sur le coeur de la statue de Saint-Jacques ici, de même, toi pèlerin, ouvre ton coeur à Dieu, à tes frères et à toi-même car tu es un être extraordinairement beau ».

De manière plus générale, le père Ludovic estime que la « spiritualité du chemin » a quelque chose à dire à notre société sous tension et apeurée. « Quand on vit la spiritualité du chemin, on fait confiance à la Providence. A chaque jour suffit sa peine. Il ne faut pas se projeter, ni se retourner vers le passé. Vivre au présent. Chaque instant est beau. Aujourd’hui, je ne suis pas malade. Demain est un autre jour. A chaque jour, suffit sa peine. J’invite chacune et chacun à vivre cette spiritualité de l’instant présent car elle est libératrice ».

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Témoignages