Une grand mère et sa petite fille

TEMOIGNAGE D’UNE GRAND-MERE ET SA PETITE FILLE ACCUEILLIES A COMPOSTELLE

J’ai eu le privilège d’être reçue à l’Accueil Francophone des pèlerins arrivant à Compostelle en 2017 et 2018. L’Accueil francophone, au 33 rue de Carretas, est idéalement situé dans le même immeuble que l’Accueil International des Pèlerins, là où chacun, après son Chemin, vient recevoir avec émotion « sa » compostela. En 2017, j’ignorais l’existence de cet Accueil francophone mais j’ai répondu avec intérêt à l’invitation d’un accueillant attentif aux pèlerins francophones patientant pour obtenir la précieuse récompense.

Le Camino Primitivo que je venais de terminer avait été moralement très difficile et le temps de partage et d’écoute bienveillante qui m’était ainsi proposé, bien pertinent pour y déposer mes tensions.   Tout naturellement, j’ai rejoint en fin d’après-midi le groupe de pèlerins pour la visite spirituelle et extérieure de la cathédrale : quelques focus choisis sur telle ou telle sculpture et un très agréable moment de convivialité entre accueillants et pèlerins du jour. Ces deux temps forts se sont conclus le lendemain par une messe francophone dans une petite chapelle latérale de la cathédrale.  Les intentions de prières apportées par les pèlerins depuis le départ de leur Chemin ou écrites à leur arrivée ont été partagées avec la communauté rassemblée. Je me souviens d’avoir ressenti une très forte énergie spirituelle circulant entre tous. En 2018, j’ai terminé le Camino Frances avec ma petite-fille de 16 ans. Je revois sa fierté, sa précieuse Compostela en poche. Nous avons été reçues à l’Accueil francophone avec la même bienveillance et la même écoute qu’en 2017. Lors du temps de partage, Lucile s’est exprimée et a écouté les témoignages des autres pèlerins (voir ci-dessous). Elle a dit haut et fort que ce moment de partage était indissociable du Chemin, qu’il l’aidait à prendre de la distance par rapport au vécu quotidien des journées de marche et qu’il lui permettait de se sentir reliée à la Communauté des pèlerins par toutes ces expériences partagées. Je partage complètement son avis. Ce moment de partage à chaud entre Accueillants et Accueillis est un moment unique. Ils sont très différents des échanges quotidiens que nous avions avec nos compagnons de route, ou de ceux que nous aurons de retour à la maison avec nos proches : c’est un temps fort réellement pour soi-même.

La parole de Lucile :

 J’ai marché sur le Chemin avec ma grand-mère durant une dizaine de jours avant d’arriver à Saint Jacques début juillet 2018.  Dans la matinée, nous avons été accueillies par l’équipe de l’Accueil francophone autour d’une boisson. Les personnes accueillantes m’ont mises tout à fait à l’aise.  L’après-midi, nous avons participé au temps de partage avec d’autres pèlerins arrivés le même jour. J’étais très émue mais en confiance et j’ai eu envie de témoigner de ma motivation à faire ce pèlerinage : porter jusqu’à Santiago le sac à dos de mon grand-père pour terminer, avec ma mamie, le Chemin sur lequel il est décédé brutalement en 2014. J’ai bien vu que tout le monde était très ému. Le partage de notre histoire avec des personnes à l’écoute et que nous ne connaissons pas a été très réconfortant pour moi. J’ai aussi écouté les histoires des autres, toutes aussi émouvantes. Cet Accueil reste dans mon souvenir comme l’un des moments les plus forts de mon pèlerinage.

Colette DEVANNE et Lucile

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Témoignages Tagués avec :