↻ Retour

Webcompostella a fêté ses 20 ans à Lourdes!

21 novembre 2021 | En chemin

Il fallait bien ce haut-lieu spirituel du pèlerinage marial pour fêter les 20 ans de Webcompostella. Le jeudi 4 novembre en soirée et le 5 novembre 2021 toute la journée, 25 accueillants ont célébré, au centre de l’Assomption à Lourdes, la double décennie de l’association. En échangeant, partageant, priant, méditant, marchant… Le tout dans une bonne humeur générale, sans pour autant éviter les sujets pouvant éventuellement fâcher (comme la place des prêtres à l’accueil francophone, lire plus loin). Bref, l’unité dans la diversité.

“Notre mère à tous”

Autour de la table, des laïcs pour la plupart engagés dans l’accueil francophone mais aussi des prêtres (frère Pierre, Prémontré de Sarrance, les pères Jacques Cougnaud, André Maigné, Dominique Guilhem) ; des hexagonaux mais aussi nos amis Emile et Pierre de Belgique. Enfin, Monique Jacob-Paris représentait la Société des amis de Saint-Jacques créée il y a 70 ans à Paris. « Notre mère à tous ! », selon Daniel Ragot, président de Webcompostella (lire ci-dessous).

Les accueillants avaient été précédés à Lourdes par les membres du conseil d’administration réunis d’abord le 3 novembre dans le gîte La Ruche de Jean-Louis Doux puis le 4 au centre de l’Assomption. Les travaux du CA ont bénéficié, semble-t-il, de l’inspiration de l’Esprit Saint puisque des points d’interrogation sur l’avenir de l’association, ont commencé à être levés. Tout cela devrait faire l’objet d’une communication ultérieure.
Le lien entre le CA et la Rencontre des accueillants a été faite lors de la rencontre jeudi 4 novembre en fin d’après-midi avec quelques évêques, au centre des congrès où se tenait du 3 au 8 novembre la conférence des évêques de France consacrée principalement à la pédocriminalité dans l’Église. Lire plus loin.

20 ans de Webcompostella

Les 20 ans de Webcompostella fêtés comme il se doit…

20 ans ! Un cap ! Ca valait bien le coup de s’attarder sur le chemin parcouru pour mieux envisager l’avenir. Jeudi soir, René de Laportalière, à l’origine de la création de Webcompostella, a témoigné des conditions de la création de l’association. Vous pourrez lire par ailleurs son témoignage. Son récit a impressionné l’auditoire, qui s’est retrouvé autour de lui pour souffler les bougies des 20 ans et partager un délicieux gâteau et quelques bulles. Une belle veillée comme entrée en matière.

Besoin de renforts bénévoles!

Et maintenant ? Au moment où plusieurs cadres de l’association aspirent à passer la main après avoir beaucoup donné, Webcompostella doit se remettre en marche, avec de nouvelles bonnes volontés. Vendredi matin, les différentes missions ont été rappelées. Et des laïcs se sont engagés. Ainsi, Martine Lamoré, entourée d’une équipe, prendra-t-elle en charge l’organisation de l’accueil francophone. Le secrétariat de l’association, assuré jusqu’ici par Marcel Dobon, sera l’affaire de Michel Sontag. La présidence et la trésorerie vont connaître des nouveaux titulaires. Il faudra aussi assurer la formation des prêtres, le lien avec les associations jacquaires etc. Les tâches sont multiples et les bonnes volontés recherchées.

Daniel Ragot régulant les échanges…

A Lourdes, on a senti un élan se dessiner. Tout cela devait bien cheminer avant la prochaine assemblée générale prévue en mars 2022. Webcompostella est l’affaire de toutes et tous ! Pour encourager tout le monde à se mobiliser, rien de tel que le témoignage.

Celui de Brigitte Alésinas, vendredi en début d’après-midi, a marqué les esprits. Brigitte a raconté sa conversion sur le chemin en 2003. On lira également son témoignage un peu plus loin. Et pour se reposer de toute cette effervescence remobilisatrice, rien de tel qu’une petite marche vers la grotte de Massabielle où tous les participants se sont retrouvés avant d’assister à une messe au centre de l’Assomption.

La repentance des évêques…

A l’heure du bilan, vendredi soir, beaucoup de satisfactions et le regret de ne pas avoir été plus nombreux à vivre ces moments fraternels. Chacun est ensuite reparti de son côté. Quelques accueillants ont profité de Lourdes durant le week-end. Ils ont pu être témoins de la spectaculaire célébration pénitentielle des évêques de France sur l’esplanade de la basilique du Rosaire, samedi matin. Ils ont pu assister également à la messe télévisée depuis la basilique de l’Immaculée Conception le dimanche matin, dans le cadre de l’émission « Le Jour du Seigneur ».

Que d’événements ! Le lien entre tous ? Peut-être le cheminement intérieur et spirituel nécessaire, que ce soit sur les chemins ou au sein de l’Église, pour surmonter et dépasser les obstacles, les épreuves… Et renaître ! La vie est un pèlerinage.

—————————————————————–

4 évêques au rendez-vous de Webcompostella

Chaque année, en novembre, c’est un rituel. L’association Webcompostella rencontre à Lourdes, où les évêques de France sont réunis pour leur conférence annuelle, quelques prélats concernés par les chemins de Compostelle.

Quatre évêques étaient présents jeudi 4 novembre, en soirée, pour cette rencontre au centre des congrès : Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne-Lescar-Oloron, délégué de la Conférence des évêques de France (CEF) pour la pastorale du chemin ; Mgr Nicolas Souchu, évêque de Dax ; Mgr Hubert Herbreteau, évêque d’Agen et Mgr Pierre Molères, évêque émérite du diocèse de Bayonne-Lescar-Oloron.

En face d’eux, les membre du conseil d’administration de Webcompostella et les accueillants arrivés pour la Rencontre des 20 ans.

Jeudi soir 4 novembre, rencontre entre Webcompostella et les évêques du chemin.

Daniel Ragot, président et François Hallonet, trésorier, ont témoigné de l’activité de l’association, mais aussi de ses préoccupations. A commencer par une certaine évolution. « Nous assistons à une récupération du chemin de Compostelle sur le plan culturel au détriment d’une animation spirituelle. Il est important que l’Église de France se préoccupe de l’évangélisation sur les chemins. Cette pastorale-là, il ne faut pas la rater » a insisté Daniel Ragot. Frère Pierre Moulia, du monastère de Sarrance (Pyrénées-Atlantique) a souligné l’importance du pèlerinage.

Les aspects financiers de l’association ont également été évoqués. Un soutien plus important des évêques de France est espéré.

« Je vais me faire le porte-parole de vos préoccupations auprès de mes collègues évêques au moyen d’une petite lettre d’étape » a répondu Mgr Marc Aillet. « Tous les évêques sont concernés car les pèlerins viennent de tous les diocèses ».

Accueil francophone : quelle place pour le prêtre ?

C’est un sujet récurrent au sein de l’accueil francophone : quelle place le prêtre doit-il avoir au sein de l’équipe accueillante ? Il a de nouveau fait l’objet d’un échange vendredi matin lors de la Rencontre. « Le prêtre est à temps complet avec l’équipe. Il a un rôle essentiel » assure Pierre Smiets, accueillant. Jean-Louis Arraou, « béotien », trouve que le rôle donné au prêtre « est surdimensionné. Il faut remettre le prêtre à sa juste place. Les événements actuels montrent toute l’importance de ne pas mettre le prêtre en surplomb ».

Entre deux réunions, les accueillants ont chanté pour renforcer les liens…

« Le prêtre n’est pas en surplomb » a témoigné le père Jacques Cougnaud. « Jean-Louis, si tu avais l’expérience de l’accueil, tu n’aurais pas fait cette réflexion » a enchaîné Brigitte Alésinas. « J’ai vécu 45 journées d’accueil avec des prêtres différents qui ont fait partie de l’équipe et qui nous ont bien accompagnés » a ajouté René Solari. « A chacun son boulot, à chacun sa place, son rôle » a résumé Elisabeth Perceau. Enfin, frère Pierre de Sarrance a convoqué Saint-Augustin pour situer le rapport prêtre-laïcs : « je suis homme comme vous, chrétiens avec vous, prêtre pour vous ». Et d’ajouter : « personnellement, je n’aurais pas tenu 54 ans en vallée d’Aspe comme prêtre si je n’avais pas eu des équipes de laïcs. Les brebis font le berger ».

La Société française a 70 ans !

La présence de la secrétaire générale de la Société française des amis de Saint-Jacques (SFASJ), Monique Jacob-Paris, à la Rencontre des 20 ans de Webcompostella est à relever. Elle renforce les liens entre les deux associations au moment où le voyage culturel semble prendre le dessus sur la notion de pèlerinage sur les chemins de Compostelle.

La SFASJ a été créée à Paris en 1950 dans la foulée d’un pèlerinage depuis Parthenay (Deux-Sèvres) jusqu’à Compostelle. Elle avait pour but « l’étude des mouvements artistiques, historiques, littéraires et religieux provoqués par la dévotion à Saint-Jacques-le-Majeur, particulièrement manifestée par le Pèlerinage à Compostelle et de poursuivre en commun cette étude en s’unissant avec des sociétés existantes françaises et étrangères, coordonnant et développant ainsi les investigations sur le sujet ».

Monique Jacob présente la Société française des amis de Saint-Jacques aux accueillants.

Ces objectifs restent les mêmes aujourd’hui, même si bien sûr les temps ont changé. Des grandes figures ont marqué l’histoire de la SFASJ : René de la Coste-Messelière, Jeanne Vielliard, Jeannine Warcollier dont une salle, au bureau international des pèlerins à Santiago, porte son nom. La Société a voulu à la fois favoriser le pèlerinage et la recherche au sein d’un Centre d’études compostellanes. Malheureusement, il ne reste guère d’archives aujourd’hui.

La SFASJ, qui a failli disparaître, est en train de renaître.

 

—————————————————————–

 

 

 

Credencial

Guides des voies jacquaires

Chemin de prière

Guides spirituels

LA lettre

de webcompostella

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables !
Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.